L'afrique en marche

Vatican: leçon du pape François au sujet de la colère

Vatican: leçon du pape François au sujet de la colère

Le patron de l’église catholique a dans sa catéchèse du 31 janvier 2024 a parlé des vices et vertus. A cette occasion, le pape François a exhorté les uns et les autres à : « Trouver la juste mesure des passions » avec l’aide de l’Esprit Saint.

Le pape François s’est appesanti sur la colère, qui est un « vice particulièrement sombre ».

Il décrit la colère comme un « vice omniprésent » qui ne laisse aucun répit, difficile à cacher. « Elle ne se déchaîne souvent pas contre le coupable, mais contre le premier malchanceux », a-t-il expliqué.

ÉVITONS D’ÊTRE DES DÉBITEURS…

Un homme doux et compatissant qui retient sa colère au travail peut par exemple devenir insupportable pour sa femme et ses enfants.

Ensuite, le pape définit la colère comme : « Un vice destructeur des relations humaines », qui exprime notre incapacité à accepter la différence de l’autre.

Selon lui, une personne en colère essentialise l’autre, ne distinguant pas la personne de ses actes, précise-t-il. « C’est l’autre, l’autre tel qu’il est, l’autre en tant que tel qui provoque la colère et le ressentiment. On se met à détester le ton de sa voix, les gestes banals de la vie quotidienne, ses façons de raisonner et de sentir ».

Le saint-père insiste encore sur le fait que la colère : « parfois ne s’apaise pas avec le temps. Le temps pouvant même amplifier le poids de l’incompréhension, l’origine de la colère.», commente encore François.

Pour éviter de creuser un fossé entre deux personnes en colère, le chef des catholiques reprend le conseil de Saint Paul dans sa lettre aux Éphésiens : « Que le soleil ne se couche pas sur votre colère » a rappelé le Pape avant de dire « Si un malentendu survient pendant la journée et que deux personnes ne se comprennent plus, se sentant soudain éloignées l’une de l’autre, la nuit ne doit pas être livrée au diable».

… SELON LE PAPE

Il associe le pardon (l’art dû) qui est la réponse à la colère, car le pardon permet de sauvegarder les relations humaines. C’est une grâce que nous demandons dans la prière du Notre-Père, souligne François en demandant le pardon de nos péchés comme : « Nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé.».

Reprenant l’image du compte bancaire, comme si nous étions tous des débiteurs et des créditeurs de pardon, « Nous sommes tous des pécheurs avec des comptes dans le rouge, et nous devons donc tous apprendre à pardonner ».

Dans le poème de l’Illiade, « la colère d’Achille » est décrite comme à l’origine d’un « deuil infini ». Mais tout n’est « pas mauvais » dans ce « vice terrible » selon François, car les passions : « sont des expériences de vie.».

La responsabilité de chacun ne réside pas dans l’apparition de la colère, mais dans :« son développement », poursuit-il.

Le pape François exhorte les fidèles à « trouver la juste mesure des passions », avec l’aide de l’Esprit Saint. « Ce qui peut contrer la colère, c’est la bienveillance, l’ouverture du cœur, la douceur, la patience », dit François pour conclure.

Gathum GBAGUIDI

Site www.lafriqueenmarche.info du 4 février 2024 No 587

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.