L'afrique en marche

Une bougie pour Soglo L’Editorial de Titus FOLLY

Une bougie pour Soglo            L’Editorial de Titus FOLLY

Dieudonné Soglo souffle une bougie de plus. Le président Soglo est la vedette de l’exercice de L’Editorial de ce 29 novembre 2023, jour de son anniversaire.

« J’ai officiellement 92 ans. L’état civil français m’a volé trois ans…», dit Nicéphore Soglo dans un style ciselé dont lui seul a le secret lors de notre dernier rendez-vous.

« Voulez-vous les récupérer…», insiste l’interlocuteur que je suis. « Titus, toi aussi…», dit-il pour clôturer ce débat.

Loin de la mousse relative à cette robustesse et au-delà de ses fulgurances, Nicéphore Soglo
sait très bien porter son autre prénom. Il s’agit de DIEUDONNÉ.

Ce prénom qu’il porte de manière prophétique est articulé par un déterminisme sans faille. Tout cela lui permet de cocher les bonnes cases de vie, d’une longue vie.

DIEUDONNÉ, c’est l’intitulé mué en valeur utile, jamais usée à la corde par deux principes.Il y a son don de soi et sa rectiligne politique.

DIEUDONNÉ, depuis 60 ans au moins est au service des autres. C’est d’abord l’enfance épanouie et la femme économiquement autonome qui ont été ses créneaux porteurs. Ce chantier était sous la férule triomphante de son épouse, Rosine Soglo avec l »ONG  » Vidolé » qui est toujours dans la mémoire collective.

DIEUDONNÉ, c’est aussi un lien fort avec les prisonniers du Bénin selon un agenda scrupuleusement respecté. Quelques jours après sa sortie de prison le 24 novembre 2022, le héros Laurent Mètongnon qu’on ne présente, s’est rendu chez le président Soglo. A l’audience,( j’y étais), le célèbre leader syndical laissa à la postérité : « Sans lui, sans son aide, je n’allais pas tenir en prison.».

DIEUDONNÉ, sur ces deux flancs ne regarde pas l’audience victimaire des bénéficiaires de son aura. Il suffit de bien fixer son action humanitaire pour le constater.

DIEUDONNÉ, c’est aussi une constance politique inégalée. En effet, le président Soglo n’est ni timoré ni craintif pour sa capacité à aborder les sujets qui fâchent Et il le
fait à la mesure des attentes du peuple souverain. Et en la matière, sa capacité d’anticipation prévient les désillusions qui pourraient s’autoalimenter. On a encore en mémoire son hardiesse à ne pas cautionner la 8 ème législature affublée ironiquement du qualificatif  » Parlement de sang »

DIEUDONNÉ, sur la durée et sur la distance a su aussi refuser les spectacles de dédommagement de la démocratie. La suprême couardise contre son peuple n’est pas son genre. Il fait donc la différence avec les autres qui ont juré de dresser la démocratie comme un cheval ou un chameau.

DIEUDONNÉ, c’est également un positionnement pour éviter les tragédies à son pays.

Grâce aux amis fonctionnaires internationaux en poste à l’OIF, j’ai pu récupérer récemment un discours mémorable de Nicéphore Soglo.

Cette adresse a été délivrée au 4ème sommet de la Francophonie à Chaillot en France en novembre 1991. Nicéphore Soglo, le président du Bénin, en présence d’une cinquantaine de ses homologues, a délivré un discours subliminal. Ce jour-là, il a laissé à l’histoire, un concept intitulé : « Faire économie de la violence politique.».

Depuis lors jusqu’à nos jours, Nicéphore Soglo est resté fidèle à ce principe de vie du point de vue axiomatique dans un domaine par excellence de coups fourrés.

Quand certains spécialistes citent les chantres et apôtres de la non-violence en Afrique, Nicéphore Soglo, le président du Bénin de 1991 à 1996 doit figurer dans la proximité de Nelson Mandela.

A l’école de DIEUDONNÉ Soglo, que les Béninois s’inscrivent davantage dans le respect des principes de vie. Et le reste, le Père céleste pourvoira.

LIRE AUSSI: L’INTÉGRALITÉ DU DISCOURS DE SOGLO AU 4 ÈME SOMMET DE LA FRANCOPHONIE

Site www.lafriqueenmarche.info du 29 novembre 2023 No 540

« La vie est belle. Et chaque jour est une vie. Prenons-la du bon côté et demain, il fera beau sur la grande route.».

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.