L'afrique en marche

Un Béninois désormais très puissant au Nigeria L’Editorial de Titus FOLLY

Un Béninois désormais très puissant au Nigeria L’Editorial de Titus FOLLY

A l’applaudimètre à Abuja, notre compatriote Samuel Dossou a désormais droit à la haie d’honneurs. Pour cette raison, nous saluons sa récente prouesse dans l’exercice de L’Editorial du jour

Samuel Dossou, le patron de la société « Petrolin » a racheté une filiale à Shell, la puissante multinationale anglaise. Shell n’est plus à présenter. Elle est l’une des cinq grandes multinationales dans le secteur pétrolier dans le monde. Faire affaire avec Shell n’est donc pas donné à n’importe qui. C’est ce que vient de faire notre compatriote.

FORCE DE FRAPPE…

Mieux, Samuel Dossou a racheté cette filiale au Nigeria, 1er pays producteur de pétrole en Afrique.

Sur ces deux versants, c’est un acte de grande résonnance. En effet, pour négocier avec Shell, il faut dégager sous toutes les coutures, des ondes de crédibilité, de carnet d’adresses et de large surface financière. Par rapport au pesant du chéquier, Samuel Dossou doit débourser 2,4 milliards de dollars US.

Mieux, il faut avoir eu à secouer le tamis de performance à l’international. Samuel Dossou l’a si bien compris. En dehors de son fleuron Petrolin, il a eu recours à un consortium international d’achat qui comprend ND Western, Aradel Energy, First E&P, Waltersmith.

Ce consortium va reprendre à Shell, l’exploitation du pétrole dans la région du Delta du Nigeria. Et au-delà des ronces à arracher pour signer avec Shell face à une pléiade de concurrents internationaux, il fallait aussi du savoir-faire pour aller aller à l’assaut du secteur pétrolier au Nigeria.

Dans le monde des affaires, un monde de calculs avisés et aussi mesquins, les collecteurs d’huîtres ne sont pas les premiers venus. (Sourire)

En effet, au Nigeria, un pays marqué par la vaillance du multi- milliardaire Aliko Dangote et de ses filleuls également mégaopérateurs économiques internationaux, ne gagne pas un tel marché au pays de Bola Tinubu qui veut.

…DANS UN SECTEUR CLÉ

Au Nigeria, il faut avoir une force de frappe géniale pour bouger un peu cette sorte de sacrophage dans ce pays nationaliste.

Si dans d’autres pays, on utilise des compas et équerres pour tracer les lignes et calculer les asymptotes, au Nigeria, à l »échelle du prestige, il faut être fort devant les « alligators » pour gagner un tel marché.

Cette performance de Samuel Dossou qui suscite admiration, découle de ses ambitions professionnelles.

Après ses années au Gabon dans les encablures et la proximité de Omar Bongo, le timonier de la « Rénovation » et ex président du Gabon, Samuel Dossou s’est professionnalisé pour être parmi les grands de ce monde.

Aujourd’hui, les dividendes du travail bien fait sont là. Dans ce pays 1er pays producteur africain d’or noir, Samuel Dossou sera désormais, un interlocuteur valable à Aso Rok, le palais présidentiel.

Loin des détails biographiques, Samuel Dossou a cru en ses étoiles. Que son parcours inspire les autres, qui sont restés dans les auditoires complaisants et loges de discoureurs.

LIRE AUSSI QUAI d’ORSAY : AVEC L’ARRIVÉE DE SÉJOURNÉ
LA CHRONIQUE INTERNATIONALE

Site www.lafriqueenmarche.info du 29 janvier 2024 No 581

« La vie est belle. Et chaque jour est une vie. Prenons-la du bon côté et demain, il fera beau sur la grande route.».

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.