L'afrique en marche

« Pharaons » : ne pas jeter l’eau de bain avec le bébé

« Pharaons » : ne pas jeter l’eau de bain avec le bébé

Ce qui constituait les valeurs, la force de cette équipe c’était bien sûr son collectif, la complémentarité de ses joueurs. Les dirigeants du football égyptien ont-t-ils jeté l’eau de bain et le bébé?

Cette complémentarité permettait aux « Pharaons » de jouer un football fusionnel. Chaque joueur au-delà de son rôle doit savoir jouer pour les autres.

Résultat, pendant une décennie, l’Egypte a offert un spectacle chatoyant avec une efficacité, une technicité et une rapidité exceptionnelle.

Aujourd’hui, toutes ces valeurs sont du passé. L’équipe égyptienne s’écroule désormais tel un attelage en escalier. Jamais, la sélection égyptienne n’a été aussi transparente.

Mohamed Salah et ses coéquipiers à cette 34ème phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations ont encaissé sept buts au total dans le jeu en 4 matches dont 6 déjà lors de la phase de groupes en trois matches.

C’est simplement un effondrement ! La défense qui était la principale force des « Pharaons » s’est transformée en une ligne très perméable.

Le bastion offensif, une véritable attraction de l’équipe égyptienne avant, présente désormais des carences extraordinaires avec des joueurs intensifs dont la prestation est inefficace devant le but adverse.

Le milieu, pont reliant le bastion défensif à l’attaque semble aussi étouffé.

Au regard de tout cela, les « Pharaons » sont fréquemment évincés et ce n’est pas une surprise.

Au même moment, les autres équipes africaines travaillent. Il ne peut en être autrement. La nature a horreur du vide laissé par les « Pharaons ».

Site www.lafriqueenmarche.info du 1 er février 2024 No 584

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.