Pas de foot, au récital de Osimhen BARRISSIMO : La Chronique de la Can

Pas de foot, au récital de Osimhen BARRISSIMO : La Chronique de la Can

Devant un public d’Abidjan conquis, un public de connaisseurs, Victor Osimhen a donné un spectacle sublime. Comme un homme/orchestre, il a su jouer toutes les gammes de musique pour conduire son équipe à la victoire.

Près d’une quinzaine de duels sont à l’actif de Victor Osimhen durant ce duel face au Cameroun.

Inspirateur du jeu, aspirateur de l’adversaire pour finir par l’étouffer, orfèvre dans le pressing et premier récupérateur en poste avancé…tout a réussi à Osimhen. Il a su jouer avec les clavecins de musique comme si on était à un concert.

Le 1er but de son équipe résume tout le don de soi de Osimhen. Après ce First Goal, le napolitain a davantage fait dérouler le Nigéria et a fait sérieusement couler le Cameroun.

Lookman Adémola a été le finisseur, mais c’est Osimhen le dépositaire du jeu. Contre le Cameroun, son élégance dans le jeu et son élégance physique ont donné des coups de boutoir à l’adversaire jusqu’à la fin.

SÉDUCTION ET OVATIONS

Osimen, citoyen du foot africain et international, a marqué les esprits par ses efforts de récupération. Également dépositaire du jeu par sa récurrence dans sa vision, il a été ponctuel face aux approximations du Cameroun.

Meilleur joueur africain 2023, il continue sa culture de réputation Il le fait si bien qu’il contribue d’élargir le périmètre d’évolution et de diffusion du football.

Il suffit d’apprécier son pressing qui empêche les Camerounais de relancer rapidement. Et de permettre dans le panorama à son meilleur sous-traitant hier, Lookman Adémola de parachever l’œuvre.

Sorti à quelques minutes avant le coup de sifflet finale, Osimen a conquis davantage le public. Ce dernier a su apprécier ses références par rapport à la vision de jeu, essence du football

Si Abidjan l’a ovationné hier, ce n’est donc pas un simple hasard. Celui qui revendique l’héritage de Didier Drogba, en étalant son savoir-faire a davantage inscrit son nom dans le marbre..

Par Sylvestre WA DONDO correspondant à Bruxelles

C’était BARRISSIMO en référence au cri de l’éléphant.

Site www.lafriqueenmarche.info du 28 janvier 2024 No 581

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.