L'afrique en marche

Niger/ Suite au Fonds de solidarité : Nigériens au Togo, un acte inédit

Niger/ Suite au Fonds de solidarité : Nigériens au Togo, un acte inédit

A l’annonce par le Conseil national pour la sauvegarde de la patrie ( CNSP, la junte au pouvoir), de la mise en place d’un Fonds de solidarité pour la sauvegarde de la patrie, les Nigériens vivant au Togo ont en quelques jours mobilisé 100 millions de F.CFA. Quelques acteurs de cette initiative patriotique très louable expliquent le bien-fondé de leur initiative.

« C’est pour faire face à la situation qui prévaut dans notre pays le Niger que la communauté nigérienne au Togo s’est mobilisée pour soutenir le peuple. Pour cette raison, nous avons contribué à hauteur de 100 millions de F.CFA…», déclare Noura Ali, le vice-président au Haut conseil des Nigériens au Togo.

Il s’exprimait à la présidence de la République du Niger à l’occasion de la remise de cette contribution au secrétaire permanent du CNSP, le colonel Sahabi Sani.

A la question de savoir les raisons de cette initiative en un temps record de la part des ressortissants du Niger au Togo, El hadj Inoussa de la communauté nigérienne au Togo répond par la célèbre pensée de John Kennedy, l’ancien président américain: « Ne demande pas à ton pays ce qu’il peut faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour lui…».

A L’APPEL…

Cet influent membre des Nigériens du Togo et homme d’affaires installé à Lomé détaille davantage les mobiles de leur action. « Quand le CNSP a mis en oeuvre le Fonds de solidarité pour la sauvegarde de la patrie et a publié le communiqué le 12 octobre 2023, la diaspora nigérienne ici au Togo n’est pas restée indifférente à cet appel…».

Il poursuit: « Quelques heures après, le Haut conseil des Nigériens du Togo qui est une structure dynamique, le mot d’ordre de mobilisation a été passé comme une lettre à la poste. Et l’information a atteint la cible…». « Résultat, les dons sont parvenus à l’instance faîtière de notre Haut conseil sans difficulté. Au nombre des donateurs, on a des étudiants jusqu’aux hommes d’affaires en passant par des femmes commerçantes sans oublier les transporteurs.».

De son côté, El hadj Moufa, transitaire nigérien installé également à Lomé explique avec une sociologie de répartition, les modalités pratiques de leur geste de solidarité pour accompagner les efforts du peuple nigérien. Selon lui, dans la situation de sanctions économiques de la part de la CEDEAO et des bailleurs de fonds multinationaux comme la Banque mondiale, il est important de motiver leur initiative. « Nous avons expliqué aux autorités que les 100 millions sont à répartir en trois volets.».

Il martèle encore : « 50 millions sont destinés aux militaires qui se trouvent sur le terrain de combat. Il est prévu 25 millions pour soutenir la société civile. Le reste ( 25 millions) est octroyé aux enfants et aux femmes des éléments de l’armée tombés au champ d’honneur.».

El hadj Mohamed, un autre opérateur économique nigérien qui vit également à Lomé quant à lui se réjouit des lendemains de cette initiative. « Après notre mobilisation et notre don en tant que pionnier au profit de ce Fonds de solidarité, le mouvement a pris une allure nationale et internationale.».

« Sur le plan national, on a vu des écoliers qui ont pris les sous de leur petit déjeuner pour cotiser au nom de ce Fonds. Sur le plan international, notre initiative a inspiré les autres Nigériens de la diaspora. C’est le cas de celle de Dubaï sans oublier les autres. ».

…DU FONDS SPÉCIAL

Le Fonds de solidarité pour la sauvegarde de la patrie selon le ministère des Finances du Niger: :« Est un compte spécial d’affectation créé conformément à la loi organique relative à la loi des finances pour mobiliser des ressources…». « Ces dernières doivent permettre de contribuer au financement des actions de renforcement des capacités opérationnelles…».

« Ce Fonds sera financé par des prélèvements sur les hydrocarbures et les redevances des opérateurs économiques. Le Fonds centralise aussi des contributions en nature.», précise encore le ministère des Finances du Niger.

Le Secrétariat permanent du CNSP dirigé par le colonel Sahabi Sani complète : « Ce Fonds est destiné aux éléments des forces de de défense et de sécurité engagés dans la lutte contre le terrorisme et l’insécurité».

« Il est aussi destiné à la prise en charge des déplacés forcés liés à l’insécurité, à leur relocalisation et leur réintégration locale…», avance encore le Secrétariat permanent du CNSP.

« Ceux qui ont cru qu’ils vont affamer le Niger pour le détourner de son élan patriotique et d’indépendance se sont trompés. Avec nos modestes ressources, nous résisterons.», dixit Djibril, un jeune opérateur économique nigérien à Lomé.

Amidou DJERMA correspondant au Niger et Olga HOUEVI de retour de Lomé.

Site www.lafriqueenmarche.info du 30 octobre 2023 No 519

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.