L'afrique en marche

Naufrage des « Eléphants » dans le lac Ebrié BARRISSIMO La Chronique de la Can

Naufrage des « Eléphants » dans le lac Ebrié BARRISSIMO La Chronique de la Can

Par Jérôme TAGNON

La Guinée Equatoriale a battu au stade olympique « Alassane Ouattara » d’Épimbe les « Éléphants » de Côte d’Ivoire (4-0). Et si on décryptait ce naufrage collectif et ses sensations fortes ?

Le pays hôte de la compétition vient de subir une cuisante déculottée. L’ampleur du score démontre à n’en point douter un effondrement absolu d’une équipe ivoirienne méconnaissable et très fébrile en défense.

Durant ce match, les joueurs du sélectionneur, Jean-Louis Gasset ont pu réussir une performance, celle spectaculaire de l’affront face à l’équipe de la Guinée Équatoriale.

En effet, durant ce duel pour composter le billet pour les 8 èmes de finale, les Ivoiriens n’ont eu qu’une sublime performance, celle de l’inefficacité offensive inimaginable.

UNE ÉQUIPE IMPOSÉE

Par quatre fois, ils ont été corrigés dans une rencontre où ils étaient pourtant attendus pour prendre le contrôle des opérations pour jouer les premier rôles.

Mais hélas, la Côte d’Ivoire sort du stade olympique « Alassane Ouattara » la trompe entre les jambes.Ce coup de massue sur la tête de l’équipe de la Côte d’Ivoire était loin de tout entendement.

Cette élimination retentissante du pays hôte de la 34ème phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations durant cette soirée du lundi 22 janvier 2024 ( en attendant un repêchage) restera mémorable et toutmentera pour longtemps les esprits ivoiriens et d’autres grands noms du foot africain voire mondial chaque fois que le souvenir de la maîtrise inouïe dont ont fait acte des Equato-guinéens va resurgir.

Quant à la thèse de la malchance pour expliquer cette déroute de la côte d’Ivoire, elle est trop facile, banal et ne tient pas.

En effet, on ne peut sous-estimer la manière avec laquelle cette Guinée Équatoriale s’est imposée. C’est une équipe collective alors que la génération ivoirienne n’était qu’un collectif de talents sans maîtrise minimale au lieu d’être une équipe collective.

EN CAS DE QUALIFICATION PARMI LES MEILLEURS 3 ÈMES

Avec 3 pts et un goal différentiel très négatif (2 buts marqués pour 5 encaissés, la Côte a presque définitivement compromis ses chances dans « sa Can » qui s’envole et qui lui échappe.

Attendons les résultats des autres matches des autres groupes pour tirer les conclusions affirmatives sur cette gifle que vient d’essuyer les « Éléphants » ivoiriens étranglés .

Même en cas de qualification en 8 èmes de finale, que pourra encore cette équipe, imploser, explosée et démembrée devant son public à Abidjan ?

Les « Éléphants » auront-ils les moyens psychologiques et tactiques pour renaître de leurs cendres dès les 8 èmes de finale en cas de qualification?

Les « Éléphants » en « papier » qui se croyaient majestueux ont fait naufrage dans le lac
Ebrié d’Abidjan.

Le Cameroun, l’Égypte, le Ghana, la Tunisie et même le Maroc qui se croyaient trop tôt sur le toit du continent sont donc avertis par cette révolution spectaculaire et qualitative du football africain.

Les plus forts ne sont plus forts !

Vive le travail abattu par les équipes émergentes comme la Guinée Equatoriale !

C’était le BARRISSIMO en référence au cri de l’éléphant.

Site www.lafriqueenmarche.info du 23 janvier 2024 No 576

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.