L'afrique en marche

« La victoire a cent pères…», on a lu John…. L’Editorial de Titus FOLLY

« La victoire a cent pères…», on a lu John….         L’Editorial de Titus FOLLY

John Fitzgerald Kennedy est passé de vie à trépas le 22 novembre 1963. 60 ans après son assassinat, feuilletons dans l’exercice de L’Editorial du jour, son influence intellectuelle.

A l’heure des changements climatiques, je dis comme le pape François : « Notre nature s’écroule.».Préservons-la donc.

« Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays…». Cette célèbre citation qui résonne partout dans le monde émane de John Fitzgerald Kennedy, l’ex président démocrate. 60 ans en dépit de la fonte des glaciers du fait de son assassinat, il a laissé à la postérité, de célèbres citations.

Il le faisait soit dans des contextes de glorification soit sans chercher grâce à la hussarde. La pensée ci-dessus évoquée avec des redoublements de politesses l’a été lors de son discours d’investiture, le 20 janvier 1961.

Toujours dans la série de messages à résonnance politique, on a son allocution à Berlin-Ouest le 28 juin 1963 où il disait: « Tous les hommes libres, où qu’ils vivent, sont citoyens de cette ville de Berlin-Ouest . Et pour cette raison, en ma qualité d’homme libre, je dis :  » Ich bin ein Berliner ».».

Pour clore ce registre, on ne saurait passer sous silence, son avertissement prémonitoire contre la guerre. C’était aux Nations-unies le 25 septembre 1961 où il déclarait :« L’humanité devra mettre un terme à la guerre, où la guerre mettra un terme à l’humanité.».

REGARD AVISÉ…

Hormis ces pensées à ondes politiques, le nom de John Fitzgerald Kennedy est également incrusté dans le diamant pour d’autres libellés. « Pardonnez à vos ennemis, mais n’oubliez pas leurs noms.»; « La victoire a cent pères, mais la défaite est orpheline.»; « Ne négociez jamais avec nos peurs, mais n’ayons jamais peur de négocier…».

L’ex locataire de la Maison blanche a été également un guide avisé pour les citoyens de la cité planétaire face aux cohortes des suzerains qui torpillent les libertés. « A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.»; « Quand le pouvoir pousse l’homme à l’arrogance, la poésie lui rappelle la richesse de l’existence. Quand le pouvoir corrompt, la poésie purifie.» et « Ne sacrifiez jamais vos convictions politiques pour être dans l’air du temps.».

…D’UN LEADER

Au-delà du but commun, son intellect n’a cessé 60 ans après de congédier les incohérences pour nous permettre de déplacer les pions. « L’art de la réussite consiste à s’entourer des meilleurs…», jurait l’ex président américain. Dans cet même ordre, on peut faire allusion à d’autres citations. « Le temps est un outil, pas un lit pour dormir.»; « Le meilleur temps pour réparer la toiture, c’est quand le soleil brille…».

Et aux antipodes des pulsions politiques et de la société, retenons son culte du pouvoir sur l’art.
« Il y a trois choses vraies. Dieu, la sottise et le rire.», répandait en échos John Kennedy ou encore : « L’art est le fruit de la créativité des gens libres…».

60 ans après, l’empreinte du regard avisé de Kennedy continue donc de nous marquer. Il ne peut en être autrement : « Les mots n’ont pas la même charge quand on s’adresse à un éboueur, lors des avances à une jeune fille ou à un académicien. », disait l’autre.

Site www.lafriqueenmarche.info du 23 novembre 2023 No 536

« La vie est belle. Et chaque jour est une vie. Prenons-la du bon côté et demain, il fera beau sur la grande route.».

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.