L'afrique en marche

Kenya/ Sociétés à privatiser: les explications du président Ruto

Kenya/ Sociétés à privatiser: les explications du président Ruto

« Nous avons identifié les 35 premières sociétés d’Etat qui seront cédées au secteur privé.», a déclaré le président kenyan. Le processus de privatisation de 35 sociétés d’Etat sera bientôt engagé.

« Nous en avons près d’une centaine d’autres dont la privatisation est en cours d’examen par le gouvernement en collaboration avec des conseillers financiers », a-t-il poursuivi.

Le président Ruto a dit que cette initiative du gouvernement vise à stimuler le processus d’introduction en bourse des entreprises publiques.

Il a également indiqué que le Kenya avait révisé sa loi relative à la privatisation des entreprises publiques en octobre dernier dans le but d’éliminer les « procédures bureaucratiques inutiles ».

ARGUMENTS

Certains économistes ont lié la cession des parts de l’Etat dans les entreprises publiques aux difficultés financières que rencontre la première économie d’Afrique de l’Est.

En effet, le Kenya aurait du mal à mobiliser des ressources sur les marchés financiers avant le remboursement d’un eurobond de 2 milliards de dollars qui arrivera à échéance en juin 2024.

Le gouvernement récuse cette assertion. Alors que le Kenya connaît des difficultés financières et a du mal à mobiliser de nouvelles ressources sur les marchés financiers, le gouvernement souligne que le désengagement de l’Etat de plusieurs dizaines de sociétés ne vise pas à améliorer la situation des finances publiques.

Le ministre kényan des Finances est monté au créneau. Pour lui: «
L’un des principaux objectifs est de stimuler l’activité du marché boursier. Les liquidités sont une question secondaire », a-t-il rappelé.

Ce qui sous-tend clairement selon lui que la nouvelle vague de privatisation ne vise pas à améliorer la situation des finances publiques.

En décidant cette série de privatisations, le gouvernement a usé de dispositifs administratifs pour contourner le Parlement.

Ce dernier qui parle de manoeuvres de corruption l’attendra-t-il de cette oreille ?

Pour rappel, le Kenya a signé un accord de près d’un milliard de dollars US avec le Fonds monétaire international

Olga HOUEVI

Site www.lafriqueenmarche.info du 25 novembre 2023 No 537.

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.