L'afrique en marche

Houphouēt-Boigny : 30 ans après sa mort, des citations en héritage

Houphouēt-Boigny : 30 ans après sa mort, des citations en héritage

« La paix n’est pas un vain mot, mais un comportement.», demeure la citation la révélée de Félix Houphouēt-Boigny, l’ancien président et père de l’indépendance de Côte d’Ivoire.

Les proches de Houphouēt-Boigny et la Côte d’Ivoire ont commémoré son 30 ème anniversaire de décès. C’était le 7 décembre dernier. Au-delà de sa célèbre citation ci dessus évoquée, il y en a d’autres. En voici quelques-unes ci dessous citées.

« Ce que veut l’ivoirien, c’est le partage de la richesse et non de la misère. Et pour ce faire, il doit avant tout contribuer à créer ces richesses.».

« En face de cet arbre que vous voyez là-bas, l’arbre des suppliciés, l’arbre des sacrifices de mes anciens, j’avais pris l’engagement, il y a bientôt 30 ans, a ma sortie d’école, en reconnaissance à tout ce que les Akoués ont fait pour moi, le sacrifice d’amour-propre, le sacrifice d’argent, le sacrifice de moi-même.».

« Nous étions au bord du gouffre, nous avons fait un grand pas en avant.».

« De nos jours, plus sans doute qu’au cours des époques successives qu’a traversées l’humanité, la paix mondiale est menacée.».

«Nous n’avons qu’un objet de haine, la guerre qu’une seule obsession, la paix des coeurs, la paix sociale, la paix entre les Nations.».

« C’est l’homme qui honore le titre et non le titre qui honore l’homme.».

«Un miracle comme un pari, cela se prépare, cela se conditionne, cela se mesure, cela se décide et cela se réalise à force de volonté et de persévérance.».

«Je préférerais être le premier dans mon village plutôt que le second à Rome. Aujourd’hui, je vous dis : il vaut mieux être le millionième d’un ensemble solide, puissant, riche, écouté dans le monde, respecté dans le monde, seul capable d’assurer par ses moyens puissants le développement harmonieux de l’homme, seul capable d’élever la condition humaine, que d’être le premier dans un état miséreux.».

«Chaque jour, dans des moments de méditation, je m’efforce de demander à Dieu de m’aider. Je lui dis : Si la confiance des hommes m’impose de telles responsabilités, au niveau desquelles je dois exercer une action, si, dans l’accomplissement de ma lourde tâche, vous pensez que la force et l’influence qui découlent de la confiance de mes frères m’entraineront à commettre des injustices, à piétiner le droit des faibles, alors, mon Dieu, faites en sorte que cette confiance disparaisse, que mes responsabilités disparaissent et que je m’en retourne à Yamoussoukro, mon petit village, à ma petite case.».

« A ma naissance, on a même pensé que ma voie serait la prédication comme fétichiste, je n’ai pas échappé à mon destin puisque je prêche toujours. Et malgré cette origine fétichiste, je tiens à vous dire, pour justifier certains de mes actes qui déroutent parfois la masse qui me fait confiance quand je lui parle de politique de main tendue, de non-violence, d’oubli du passé: je suis devenu croyant, pas un simple croyant qui se contente le matin et le soir d’aller à l’église, et qui passe son temps à psalmodier des litanies à la louange de Dieu. je suis un croyant. Je me sens si petit, et Dieu sait combien je suis petit. Je suis petit, et mes responsabilités, qui découlent de votre confiance, si grandes! Mes responsabilités vis-à-vis de I’Afrique, vis-à-vis de la France, vis-à-vis de I’Europe, et, peut être demain vis-à-vis du monde, pèsent lourdement sur mes faibles épaules.».

Site www.lafriqueenmarche.info du 10 décembre 2023 No 545

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.