L'afrique en marche

CEDEAO/Régime des sanctions artillerie lourde contre des faibles

CEDEAO/Régime des sanctions artillerie lourde contre des faibles

La décision de ces trois Etats ( Mali, Burkina et Niger ) de partir de la CEDEAO n’est-elle pas aussi mue par le régime des sanctions?

« Même la Russie de Poutine n’a pas eu des sanctions économiques si dures après l’agression territoriale contre l’Ukraine.», explique Deen Samiou, macroéconomiste.

LIGNE DE PARTAGE

« Du jour au lendemain, on a fermé les frontières du Niger suite au coup d’Etat du 26 juillet dernier sur la base d’un régime de sanctions imposé au Niger après le coup d’Etat du 26 juillet 2023 par la CEDEAO, et ce en violation des textes de l’institution.», poursuit encore l’expert.

Après le coup d’Etat au Mali en 2020 et les sanctions, le débat a porté sur la souveraineté d’un pays par rapport à son appartenance à une institution économique sous régionale souligne encore l’expert.

« Ensuite, on a le cas du Niger qui survient après celui du Mali. Face à cette sorte d’injustice, les trois Etats mis à rudes épreuves ont décidé de claquer la porte. D’où la décision politique commune qu’il faut saluer.», fait savoir le spécialiste.

Comment appartenir encore à un espace qui ferme hermétiquement les frontières et gèle les comptes?

Les trois pays ont pris l’opinion internationale à témoin avant de claquer la porte et partir.

Amidou DJERMA correspondant au Niger

Site www.lafriqueenmarche.info du 31 janvier 2024 No 583

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.