L'afrique en marche

CEDEAO/Départ des pays de AES: nos plats sans oignons ?

CEDEAO/Départ des pays de AES: nos plats sans oignons ?

Avec la rupture avec la CEDEAO que feront les autres pays de la sous-région qui dépendent de l’oignon du Niger qui fait de ce 1er pays 1er producteur et 1er exportateur?

L’oignon du Niger est entièrement orienté vers ses voisins côtiers. On peut citer la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigeria. A ces pays côtiers de la CEDEAO, il faut ajouter l’Algérie au Nord de l’Afrique.

Vers ces pays, est exporté surtout le violet de Galmi dont le goût et la tenue ont toujours fait l’admiration de tous.

Avec la rupture, l’oignon fera l’objet de spéculation. Ces pays seront forcément confrontés à un réel avantage comparatif.

Cependant, le départ de la CEDEAO de ces trois pays dont le Niger sera une occasion en or pour ces deux partenaires que sont le Mali et le Niger.

En effet, en dépit de l’importance de l’oignon dans l’espace sous-régional, cette denrée n’a jamais bénéficié d’une stratégie de développement élaboré ni de la CEDEAO ni de l’UEMOA

La perspective d’un partenariat avec les autres Etats de l’AES feront que nombre de producteurs ne jeteront plus l’éponge dans l’incapacité de faire preuve de résilience.

Amidou DJERMA correspondant au Niger

Site www.lafriqueenmarche.info du 31 janvier 2024 No 583

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.