L'afrique en marche

Can: selon Bienvenu Sovimi, entraîneur : « La Côte d’Ivoire est en confiance »

Can: selon Bienvenu Sovimi, entraîneur : « La Côte d’Ivoire est en confiance »

Pour le coach Sovimi, la remontée spectaculaire de la Côte d’Ivoire oblige à miser gros sur cette sélection ivoirienne tombée en syncope mais ressuscitée. Bienvenu Sovimi, entraîneur de football se prononce sur cette finale et fait une analyse globale de la compétition.

« La Can de cette année nous montre que nos Nations travaillent. Chacun des pays présents démontre que le football est un levier de développement dans lequel il faut vraiment investir. Et nous avons compris cela à travers la prestation de ces pays en compétition en Côte d’Ivoire. Les joueurs individuellement pris ont aussi compris l’enjeu et travaille. Aujourd’hui, le mythe de « petit pays » de football est dépassé. L’élimination et le balbutiement des pays qualifiés de « grandes Nations » de football comme le Cameroun, le Ghana, l’Algérie, l’Égypte, le Maroc (seul pays demi finaliste de l’Afrique à une Coupe du monde) est symptomatique d’un excès de confiance. Ces pays n’ont pas su transformer leur capacité en force et n’ont fait preuve d’aucune détermination ni d’engagement. Ils se disent quelles que soient les situations, ils seront dans la course et joueront les premiers rôles dans cette Can. Du coup, ils n’ont pas travailler comme il le faut alors que derrière, les autres pays traités de « petits » travaillaient pour arriver au niveau de ces pays qui se disent « supers pays de foot ». Aujourd’hui, ces pays nous ont donnés la confirmation de ce que le football doit passer par des fondamentaux avant le rectangle vert. Et ils ont réalisé cela en dépassant dans le jeu, les pays autrefois puissance du foot africain. Tous les pays s’équivalent désormais et c’est bien pour le football en Afrique. Les pays du continent ont vraiment compris l’enjeu et travaillent désormais dans ce sens.

Mais loin d’incriminer les pays tout entier, c’est plutôt les joueurs de ces Nations dites puissances du football africain, mais aujourd’hui en difficulté qui ont commis l’erreur qu’il ne fallait pas. Ces joueurs pour la plupart, se disent qu’ils sont au sommet de leur art et donc plus rien à envier oubliant que les jeunes, même ceux qui sont sur le continent travaillent encore mieux désormais. Il faut donc une politique de rajeunissement de ces équipes afin de leur permettre de revenir au devant de la scène », confie le technicien de football.

LE NIGÉRIA RISQUE GROS

« La finale entre le Nigéria et la Côte d’Ivoire est une grande affiche. Les « Éléphants » au regard de leur parcours jusqu’ici ont le soutien de tout le peuple ivoirien. Parvenir à ce qualifier dans des conditions les plus compliquées et même inimaginables, et réussir à se hisser en finale, c’est un parcours de combattant pour l’équipe ivoirienne qui aura le douzième homme derrière elle. C’est une équipe très motivée également avec beaucoup d’atouts. Donc les « Super Egales » du Nigéria doivent absolument se méfier et se prendre au sérieux.

Autrement, la Côte d’Ivoire pourrait dès les premières minutes installer son hégémonie actuelle et faire plier cette finale qui est à sa portée au vu de son mental actuel et de la motivation des joueurs ivoiriens qui sont très motivés », a analysé Bienvenu Sovimi, entraîneur de football.

Propos recueillis par Jérôme TAGNON

Site www.lafriqueenmarche.info du 11 février 2024 No 594

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.