L'afrique en marche

Can: Jeu aérien, défense, percussions, les bonnes feuilles de la finale

Can: Jeu aérien, défense, percussions, les bonnes feuilles de la finale

« Qui gagne la bataille du milieu aura le gain de cette finale Nigeria/Côte d’Ivoire.», répondent tous les chroniqueurs avertis.

Avant de revenir à cette étape importante de la bataille du milieu, intéressons-nous aux autres aspects de cette finale.

     JEU AÉRIEN

Dans cette grande messe du foot africain en mondovision, savoir saisir la portée du rendez-vous de l’histoire et planer pour récupérer les balles aériennes sera un atout décisif. A ce jeu, on aura deux stars en la matière.

En effet, l’une des clés de cette finale, l’autre paire de manches de ce match ultime, sera le duel aérien entre Hallaire et Osimhen.

D’un côté, on connaît déjà le savoir-faire du Nigerian dans ses sauts à l’instar d’un aigle.

En face, il y aura du répondant avec Sébastien Hallaire, un véritable voltigeur.

ICI, L’AVANTAGE est nigérian grâce à Osimhen avec son air naturel de maître à jouer dans les airs er de créateur capable d’exploiter les failles adverses sur les centres en retrait.

PERCUSSIONS EN ATTAQUE

Dans les atouts offensifs, les deux équipes ont su démontrer leur grande tendance et leur capacité de génie.

Dans les estampilles et la vision de jeu, dans ses automatismes et le sens du placement, la Côte d’Ivoire a offert un meilleur visage dans les matchs à élimination que le Nigeria.

Cependant, Lookman, Simon et Osimhen sauront répondre à Gradel, Haller et Adingra.

ICI, L’AVANTAGE est légèrement au profit de la Côte d’Ivoire.

VERROUS DÉFENSIFS

Dans le quadrillage du bastion défensif, les jalons des défenseurs sont importants. Cependant, les touches des gardiens du temple sont attendues.

Au nombre des bâtisseurs de digues, on a du côté ivoirien, Aurier (ou Singo), N’Dicka, Kossonou et Konan.

En face, on aura Ajayi, Troost-Ekong et Bassey qui savent mettre en valeur, toute la puissance physique et la qualité technique pour donner le tournis aux attaquants adverses.

On ne saura boucler le bastion défensif sans parler des gardiens.

Dans le duel des derniers remparts, Yaya Fofana croise les gangs avec le géant nigérian Nwabali.

Les Ivoiriens doivent éviter d’aller aux tirs aux buts pour ne pas subir le sens d’anticipation du Keeper nigérian sur ses 7,32.

Avec deux buts seulement encaissés, la défense du Nigeria rassure. Ce n’est pas le cas de la Côte d’Ivoire.

Le team du pays organisateur a eu l’amplitude de sept buts en six matchs dont un cinglant (0-4) contre la Guinée Equatoriale.

ICI, L’AVANTAGE est aussi nigérian.

AU COEUR DU JEU

Avec ce potentiel des deux côtés, la bataille en milieu est garantie.

Du côté ivoirien, Seri, Kessie, S. Fofana dans leurs coups de génie vont déjouer les Nigérians.

Ceux-ci, grâce à Aina, Iwobi, Onyeka et Sanusi vont jouer le match de leur vie pour rentrer dans la petite famille des joueurs africains qui ont remporté la Can.

ICI, L’AVANTAGE selon les spécialistes avisés du football africain renvoient les deux équipes dos à dos.

COACHING GAGNANT

Au jeu de la grille de lecture des coachs, on notera les battements à faire résonner le front atroce entre les coachs Emerse Fae et Paseiro.

En effet, depuis qu’il a pris les rênes des « Éléphants » dès les 8 èmes, le sélectionneur ivoirien a toujours enchanté par ses remplacements. En 1/4 contre le Mali, les annales ont retenu sa dextérité. Il a d’abord fait un bon repositionnement de sa défense après le carton rouge.

ICI, L’AVANTAGE est à la Côte d’Ivoire.

Avec ces clés, qui remportera le trophée entre le Nigeria et la Côte d’Ivoire? Qui sera le cavalier au galop après la défaite ? On attend de voir.

Sylvestre WA DONDO chroniqueur sportif à Bruxelles

Site www.lafriqueenmarche.info du 11 février 2024 No 594

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.