L'afrique en marche

Can : comptes de tontinier, à manier avec précaution

Can : comptes de tontinier, à manier avec précaution

Par Sylvestre WA DONDO correspondant et chroniqueur sportif à Bruxelles

L’affolement des compteurs est là. Les grands d’Afrique ne sont plus grands. Hier, le Maroc s’est ajouté à la longue des rois déchus. Avec cette Can en terre ivoirienne, à un moment donné, le football est irrationnel, illogique, invraisemblable. Ne faut-il pas faire attention aux prédictions avant la Can, prédictions qui dressaient à efficacité, la liste des prétendants. Et si on reprenait tous les calculs ?

En 1/4 de finale de cette expédition du football africain, il n’y aura aucune équipe du dernier mondial au Qatar.

Aux décomptes, le Maroc demi-finaliste a été éliminé par l’Afrique du Sud. Le Sénégal l’a été par la Côte d’Ivoire. Le Cameroun a été sorti par le Nigeria. Outre ces équipes éliminées en 1/8, il faut souligner la déculottée du Ghana et de la Tunisie au 1er tour.

RENVERSER LA TABLE

Le football est l’une des disciplines sportives où le plus faible peut battre le plus rompu à la tâche.

Outre anomalie, tous les deux finalistes de la précédente édition au Cameroun ont été renvoyés à leurs chères études. Il s’agit du Sénégal et de l’Egypte. Au-delà, les deux autres demi-finalistes de l’édition camerounaise ont été aussi éliminés à l’étape des 8èmes en occurence le Burkina et le Cameroun.

Transportés par les victoires au terme de la patrouille des « petites » équipes du continent, les mordus du foot des grosses cylindrées sont émerveillés par la défaite d’anciens cadors. Avec cette Can, plus rien n’est comme avant. Et à ce rythme, le football africain devient irrationnel et de plus en plus à tendance cardiovasculaire.

Durant cette Can, on voit une prestation euphorique et héroïque de la part des équipes émergentes du continent. Avec l’Afrique du Sud hier face au Maroc, on a eu droit à un match très abouti.

Conséquence, les « Lions de l’Atlas » ont été domptés et laminés. En effet, face au système de jeu marocain fondé sur des combinaisons en verticalité, les « Bafana-Bafana » ont étalé leurs redoublements de passes avec savoir-faire.

Au finish, le jeu marocain en triangle n’a pas dérouté les Sud-Africains qui ont surpris par leurs automatismes.

A l’affiche des 1/4, on a deux matchs à sensations fortes avec Nigeria/Angola et Côte d’Ivoire/Mali.

Cette coupe sera-t-elle dans l’escarcelle d’un grand où d’une équipe émergente ?

Le plus dur reste-t-il à venir quand on sait que les prochains duels seront des oppositions de style entre derniers grands et modestes du continent?

Les petits vont-ils renverser la table jusqu’à la fin ?

C’était le « BARRISSIMO » du jour en référence au cri de l’éléphant.

Site www.lafriqueenmarche.info du 31 janvier 2024 No 583

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.