L'afrique en marche

Can/Après la défaite : Cameroun, divorce entre Eto’o et Song ? Par Jérôme TAGNON

Can/Après la défaite : Cameroun, divorce entre Eto’o et Song ? Par Jérôme TAGNON

Rigobert Song, le coach des « Lions Indomptables » du Cameroun est-il à la hauteur de sa mission? Que fera Samuel Eto’o les tout prochains jours quant à l’avenir de son sélectionneur ? Va-t-il maintenir ou débarquer Rigobert Song ?

Samuel Eto’o a déposé sa démission après la débâcle de son équipe à la Can ivoirienne. En Assemblée générale de la Fédération camerounaise de foot, sa décision a été rejetée.

Confortée dans sa posture de président va-t-il en profiter pour se débarrasser de Rigobert Song ?

L’équipe camerounaise de football n’a jamais si tristement focalisé les attentions ces dernières années.

Venu à la tête des « Lions Indomptables », Rigobert Song a connu un parcours atypique avec des résultats mitigés. Sans remettre en cause les capacités du « vieux Lion », dire que l’ancien capitaine de l’équipe du pays de Paul Biya est limité dans le savoir pragmatique de la haute compétition ne serait pas une exagération.

SÉRIE NOIRE POUR LE CAMEROUN

Ceci, dans la mesure où sur les trois grandes compétitions majeures disputées par le Cameroun sous l’ère Rigobert, la Coupe d’Afrique des Nations à domicile a été plus ou moins, le seul repère auquel peut se référer l’ancien défenseur axial camerounais.

En deux ans de gestion du Cameroun, tant les résultats inacceptables s’enchaînent, tant la déception des supporters camerounais est à son comble.

À domicile, le Cameroun accède en demi finale perdue pour finalement prendre la troisième place aux tirs aux buts (5 # 3) contre le Burkina Faso après un score (3-3).

Un année plus tard, c’est la déception au Qatar avec une élimination dès le premier tour de la Coupe du monde.

Mais ici, Rigobert Song et l’actuelle génération de l’équipe camerounaise peuvent se venter d’être là première Nation africaine ayant réussi à battre le Brésil dans une phase finale de Coupe du monde.

Cette performance est à leur actif sauf qu’elle a été l’arbre qui a caché la forêt pour une génération sans les fondamentaux du foot camerounais. La Coupe d’Afrique des Nations 2023 en Côte d’Ivoire, décalée en 2024 pour des raisons météorologiques a révélé le vrai visage d’une sélection en pleine déliquescence sur le continent africain.

La victoire contre toute attente face aux « Scorpions » gambiens aura été de la poudre jetée dans le visage du peuple camerounais.

Qualifiés au second d’une compétition qui se joue depuis quelques années à 24 au lieu de 16 dans un passé récent, les « Lions Indomptables » ont été sauvagement surclassés par les « Super Eagles » nigérians dans un match qui a révélé toutes les carences digne d’une équipe en nette baisse progressive de l’arène du football africain

Après l’hécatombe contre le Sénégal, les 2 buts à 0 concédés devant l’équipe nigériane ont été fatales pour le Cameroun qui progressivement, se plonge dans une profondeur la plus répugnante de son histoire.

Pour une équipe qui est montée sur la scène africaine en 2017 sous le « régime de Hugo Broos », mais de plus en plus déboussolée au présent sous la tutelle de Rigobert Song, le président de la Fecafoot doit prendre ses responsabilités. Pour Samuel Eto’o, il faut peut-être un nouveau coach pour renouer avec la dynamique de pouvoir.

CONSCIENT DE SON AVENIR

Le « vieux Lion Indomptable après deux ans passés à la tête de l’équipe camerounaise, n’aura connu que cinq victoires et huit défaites. Jamais, le pays de Paul Biya n’oubliera la défaite essuyée contre la Namibie lors des éliminatoires après un nul cuisant concédé à domicile.

Après ces résultats mitigés enchaînés, Rigobert Song est très conscient de son sort à la tête de l’équipe camerounaise. « Lorsqu’il y a une défaite comme celle-la, il faut l’assumer et j’assume. Je prends la responsabilité parce que c’est moi qui suis en avant. Il faut être réaliste. Il ne faut pas que nous restons dans l’imagination. Nous prenons conscience et nous acceptons aussi apprendre. On a toujours du mal sur les 20 premières minutes. Aujourd’hui, c’est les détails qui font la différence au haut niveau. Nos joueurs, il faut qu’ils apprennent. Aujourd’hui, nous avons une jeune équipe. Et aujourd’hui ce n’est pas les années passées. Il faut reconnaître ça et savoir qu’aujourd’hui nous rebâtissons une nouvelle équipe pour le future. Accordons encore quelques temps. Peut être que je partirais. Mais il faut que celui qui arrive trouve quelque chose en place et qu’il soit dans la continuité », avait conclu le sélectionneur camerounais au soir de son élimination en 8ème de finale devant le Nigeria (2-0)

La messe est-elle dite surtout que Rigobert Song se sent déjà sur le bûcher ?

Lire aussi : Après la Can: reconstruction éternelle pour le Cameroun ?

Site www.lafriqueenmarche.info du 6 février 2024 No 589

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.