L'afrique en marche

Bénin/Drame de Dassa: décès de Adama Bouyé, témoignage d’une collègue de service

Bénin/Drame de Dassa: décès de Adama Bouyé, témoignage d’une collègue de service

Adama Bouyé était en service à la clinique  » Divine miséricorde » sise à Calavi « SOS Enfants ». Encore sous le choc, l’une de ses collègues témoigne et rend hommage à sa collègue désormais trépassée dans le drame de Dassa.

Après la messe qui a été dite le vendredi 3 février dans les locaux de ladite clinique pour le repos de Adama, l’une de ses collègues, les yeux encore mi-clos par la brutale séparation détaille.

« Si vous n’attendez pas le nom de votre proche, il faut donc le comptabiliser parmi ceux qui sont décédés a dit de manière subtile, mais chirurgicale, le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin.

On était le lundi 30;janvier 2023 au « Palais des congrès » de Cotonou où le gouvernement du Bénin a rencontré les proches des défunts et des rescapés. C’est 24 h après la tragédie de Dassa. J’y étais en tant que collègue de service avec d’autres parents de Adama…», dit-elle.

DOULEUR

«Après cette précision importante du ministre, l’un de ses conseillers techniques égéenne donc la première liste, celle des rescapés admis à l’hôpital de zone de Calavi.

Puis, le même conseiller fait le même exercice pour les rescapées internés au CNHU. Au dernier nom, ce n’était pas Adama…», a encore poursuivi sa collègue.

« Spontanément, avec ses parents présents, on a crié et on a pleuré…On venait de nous rendre à l’évidence que Adama est parmi les passagers décédés…», raconte-t-elle encore en écrasant devant nous de grosses gouttes de larmes. Elle garde le silence, puis elle roule après des sanglots.

« Adama ne peut mourir de cette manière. Notre collègue est une pieuse pratiquante des rites de sa foi musulmane. Au travail, son abnégation est légendaire. Les patients peuvent témoigner…», fait-elle encore savoir.

Selon sa collègue, elle est partie le samedi 28 janvier à Parakou pour aller s’enquérir de l’état de santé d’un parent. « Elle se plaignait que tous ses proches sont déjà partis à Parakou sauf elle.

Au retour le lendemain de son départ pour reprendre le boulot le lundi 30 janvier 2023, elle n’a pas survécu suite à ce drame. Elle laisse ses proches à Parakou et à Cotonou sans oublier nous ses collègues dans la douleur. Que son âme repose en paix…».

Olga HOUEVI

Site www.lafriqueenmarche.info du 5 février 2023 No 344

Bénédicte DEGBEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.